Introduction ♫.

Il pleut des gouttes d’acide dans mes boyaux. Vénéneuse Camille, tu m’avais laissé ton poison. Tes petites boules de mercure sont partout. Je ne pourrai plus jamais m’en laver. Elles roulent et s’enroulent, font des enfants, des milliers d’enfants quand on veut les saisir. Elles se glissent dans mon corps fendillé. Elles s’immiscent et dégoulinent. Elles occupent le terrain. Elles s’étouffent.
Des machines de torture broient mes côtés. De gigantesques presses se referment, millimètre par millimètre. J’ai du mal à respirer. Je te veux, je t’aime, j’ai peur et je te hais. Tu me fais un mal de chien. Je ne savais pas que c’était ça, l’amour.

Publicités

« Il pleut des …

« Il pleut des gouttes d’acide dans mes boyaux. Vénéneuse Camille, tu m’avais laissé ton poison. Tes petites boules de mercure sont partout. Je ne pourrai plus jamais m’en laver. Elles roulent et s’enroulent, font des enfants, des milliers d’enfants quand on veut les saisir. Elles se glissent dans mon corps fendillé. Elles s’immiscent et dégoulinent. Elles occupent le terrain. Elles s’étouffent.
Des machines de torture broient mes côtés. De gigantesques presses se referment, millimètre par millimètre. J’ai du mal à respirer. Je te veux, je t’aime, j’ai peur et je te hais. Tu me fais un mal de chien. Je ne savais pas que c’était ça, l’amour. »